« Son plus joli défaut » par Fanny André.

Maman solo, charge mentale, linge sale et autres réjouissances !Cléa Matisse, mère célibataire, vit au rythme de sa petite Merrylou. Son quotidien ? Élever seule sa fille, courir à droite et à gauche, régler les factures qui s’accumulent et dormir quelques heures. En parallèle, elle est l’autrice d’un premier roman à succès qui sera adapté au cinéma. Le scénariste pressenti : Nate Keenan, un écrivain spécialisé dans les polars et les thrillers, que Cléa adore. Ce dernier semble bien peu enthousiaste à l’idée de travailler sur un « feel good à tendance romance ». Leur rencontre est explosive et fait retomber comme un soufflé tous les espoirs de Cléa. Mais la jeune femme au caractère bien trempé n’a pas dit son dernier mot. Elle tient fermement à être impliquée dans le projet, et elle le sera !

Ressenti

« Vous êtes visiblement un connard arrogant. J’aimais vos livres, dommage que j’aie rencontré leur auteur. Je m’attacherai toutefois à oublier le personnage. »

Ce livre est juste une bouffée d’air frais dans le quotidien. En fait ce récit et les personnages sont juste « humains ». 

Étant maman, j’ai pu comprendre facilement l’abattement mais également les sourires de Cléa, ses doutes et peurs, ses yeux cernés et ses colères trop intenses car trop de fatigue. Son envie de dire qu’on ne fait pas assez ou tout simplement « qu’on est pas une bonne mère » … C’est un joli message que l’auteur transmet. Cléa est forte, c’est une battante qui a du mal à se laisser aller ainsi que des difficultés à faire confiance, surtout à un homme.  

J’ai aimé dévorer les chapitres, relativement courts, qui donnent de la pêche au roman. J’ai adoré pouvoir m’identifier à elle de part son rôle de maman, de femme complexé par son corps. 

Oui ce livre peint une réalité. 

« Pourquoi personne ne te prévient quand tu deviens mère ? » C’est une question que je me suis souvent posée et à laquelle le personnage féminin va être confronté, seule. 

La rencontre avec le personnage principal masculin de Nate, va être cocasse. On va découvrir un homme un chouïa hautain mais qui n’a pas su cacher bien longtemps sa gentillesse et son ouverture d’esprit. 

Nate a tout de l’homme parfait sans pour autant en devenir lassant. Il émane de lui une certaine force et caractère. Il peut paraître simple, mais je n’ai pu qu’apprécier son honnêteté et sa façon d’être. 

La relation, les sentiments sont bien équilibrés. Un rythme naturel entre deux êtres où le coup de foudre n’est pas évident se créé simplement, ainsi qu’une complicité évidente qui naît dès les premier temps de l’histoire. 

« Je viens de t’embrasser, et j’ai l’intention de recommencer. Et rassure-toi, je ne vais pas te renverser sur la première table venue… même si celait fait très longtemps que j’en rêve. »

Les événements évoqués au fur et à mesure du livre apportent un certain fil rouge où toutes les questions que j’ai pu me poser, Fanny a su apporter les réponses sans trop d’empressement.  

J’ai trouvé très intéressant le milieu dans lequel évoluent Cléa et Nate, celui de la littérature. Tous les détails et les descriptions faites par l’auteur de ce milieu ont été un plus pour moi.  

La meilleure amie de Cléa est juste exceptionnelle, elle apporte de la fraîcheur une oreille aux problèmes rencontrés, et surtout de l’humour bien dosé quand il le faut. Ses multiples répliques m’ont faite rire.  

Les personnages de cette histoire peuvent être nos voisins, notre frère, notre sœur… nous. Et c’est pour ça que c’est un joli coup de foudre car cela est réaliste.  

Plusieurs réparties m’ont faite sourire mais certains passages m’ont rappelé la difficulté d’être parent (même quand on est deux).  

Merci Fanny de mettre en avant dans un roman, et surtout aussi bien, les difficultés mais aussi la joie d’être parent. Des doutes qui peuvent subsister. Merci pour tes mots qui m’ont moi-même fait réfléchir, m’ont fait penser autrement. Merci pour la confiance que tu peux souffler aux lectrices par ton récit…  

« Parce que c’est plus simple de nous faire croire cela. Être mère, c’est une affaire de chaque minute. Même quand tu es épuisée et à bout de forces. Ça te … transcende. C’est l’expérience de ta vie, celle qui te permettra d’apprendre, de frémir, grandir, te dépasser. Parce que tu n’en as pas le choix, tout simplement. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s