« Black Haters #2 » par Manon Donaldson.

Deux êtres que tout oppose et dont le destin est étroitement lié.

Nellyanna ouvre les yeux sur cette vérité qu’elle a tant voulu connaître. Lander, lui, se fait violence pour ne pas intervenir alors que sa douce évolue dans le chaos.

Les complots se dévoilent, les masques tombent, le danger rôde.

Et si elle était la pièce maîtresse de la vaste partie d’échecs que disputent les Élitaires et les Black Haters ? Si elle seule pouvait en changer l’issue ? Jusqu’où serait-elle prête à aller pour protéger ceux qu’elle aime ? La réponse lui apparaît évidente. Une certitude qui enfle : plus rien ne l’arrêterait désormais.

Ressenti

« Je n’ai pas eu de peine à percevoir, au-delà d’un regard, la façon dont son corps répondait à chacun de mes gestes. Non, la raison pour laquelle le noir m’apaise de la sorte, c’est parce que j’ai pu me soustraire d’elle. »

J’ai entendu au loin l’écho de leur chant de guerre, de ceux prêts à se battre pour qu’on entende enfin leurs voix. Le tambour de cette marche qui bat au rythme de leur cœur et de leur rage… Cette soi-disant différence qui les a menés dans les tréfonds de la forêt et qui a fait grandir une colère. Mais aujourd’hui ils sont prêts à se relever et à demander l’équité…   

Je me souviens encore avoir refermé le premier tome et d’avoir ressenti une grande frustration… Le dernier chapitre m’avait empêché d’avoir les réponses auxquelles j’attendais. Je pensais pouvoir disposer de certaines révélations, mais non, en bon auteur sadique qu’est Manon, je me suis faite avoir et j’ai du attendre d’avoir ce tome-ci entre les mains pour que tout soit dévoilé. 

La lumière se fait sur les mystères, les confessions se déchaînent et l’histoire se révèle aux yeux des lecteurs comme à ses peuples que au final tout rapproche.  

Cet opus est celui qui frôle le coup de foudre, de part l’intensité des vérités qui éclatent, des révélations des personnages qu’ils soient principaux et/ou secondaires, l’univers dans lequel on évolue en même temps que cette guerre…  Ici les confidences n’ont pas la même tonalité que dans le premier tome. Les nuances des mensonges sont différentes et cela apporte plus d’action et de pêche aux chapitres.

Nelly se dévoile complétement et j’ai beaucoup apprécié cette femme aux multiples nuances. Son altruisme lui apporte une grande force de caractère et d’espoir. Oui elle est vraiment devenue une guerrière qui prends ses marques et qui a pris confiance en elle.  Cependant elle a un part d’égoïsme qui se reflète dans sa prise de décision qui m’a un peu gênée.

Et Lander … J’ai surkiffé ce personnage masculin, j’ai juste eu l’impression qu’il m’a manqué un petit quelque chose le concernant. J’aurai aimé en connaître plus concernant la psychologie de cet homme qui a grandi chez les Rebelles. J’ai ressenti beaucoup d’obligations, de pression, mais aussi une profondeur et une grande solidité émanant de lui. J’ai la sensation d’avoir plutôt survolé son personnage que celui de Nellyanna.  

« Elle brûle d’une flamme incandescente. Une lueur qui illumine ses prunelles et lorsqu’on aperçoit la première étincelle, c’est tout juste si vous n’avez pas envie de vous damner, de vous immoler pour toujours dans son brasier. »

Leur relation, je l’ai ressentie comme fusionnelle. Ils s’apportent mutuellement, et lorsqu’ils s’en rendent compte on se dit que rien ne pourrait les arrêter. La romance n’est pas tant que ça mise en avant, en soi ça ne m’a pas dérangé, mais pour le coup je n’ai pas forcément compris l’attachement qu’ils ressentent l’un pour l’autre. Les sentiments de Lander paraissent forts mais j’ai eu l’impression de passer à côté de son évolution.

Le petit moins pour moi dans cette duologie, en globalité, c’est cette sensation, par moment, de densité que j’ai senti dans les descriptions, (car peu de dialogues qui permettent d’aérer les pages). cependant nécessaire à la compréhension de cette dystopie. Cette « lourdeur » passe vite quand les apparences se défont et les masques tombent… 

Je conseille fortement cette histoire. Juste un avertissement : c’est d’avoir le second tome à port de main à la fin de la lecture du premier. 

http://www.blackinkeditions.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s