« Tokyo en avril… » par Haru.

Lorsque Kazuma arrive des États-Unis pour commencer à travailler dans une entreprise à Tokyo, il retrouve par hasard Ren, un ancien camarade de classe du collège, devenu graphiste réputé et chef d’équipe. Ren était le meilleur ami, le premier amour de Kazuma, mais les deux hommes ne se sont pas vus depuis dix ans, après une soudaine séparation lors d’un été mouvementé. Passé la surprise de leurs retrouvailles, Kazuma s’attend à redevenir aussi proche de Ren qu’il l’était autrefois, mais la distance que celui-ci pose entre eux l’étonne et le blesse.

Que s’est-il passé dix ans auparavant ? Ren aurait-il quelque chose à cacher à Kazuma ?

Ressenti

« Les rumeurs donnent des préjugés aux gens. Et les préjugés… empêchent parfois de voir la vérité. » 

En ouvrant ce manga on ne peut s’empêcher de le lire d’une seule traite. Et pourtant pour moi ce fût une découverte. Premier manga, avec la particularité que ce soit une romance MM.  

Tout d’abord il m’a fallu un temps d’adaptation. De commencer un livre par la « dernière page », de lire les bulles de gauche à droite, et surtout de laisser l’imagination du lecteur se faire en regardant les illustrations et de ne pas lire de description. J’ai dû m’acclimater à visualiser plutôt que lire et à différencier les différents personnages ainsi qu’à retenir les prénoms ^^. 

Après quelques pages, la facilité s’est installée pour laisser place à un plaisir de découvrir ce genre. L’auteur nous offre des retrouvailles entre deux protagonistes, Ren et Kazuma. Au fil des pages nous avons des flash-back dans le passé, nous montrant leur rencontre et leur amitié naissante.  

Les scènes de sexe sont explicites et laissent peu de place à l’imagination…  

Si j’avais un point à relever par rapport à mes lectures de romance contemporaine, c’est la sensation de manque… le manque de profondeur de sentiment. Ici j’ai eu du mal à ressentir comme dans une lecture dite « classique ». Mais ce qui est sûr c’est que je vais continuer d’en lire pour me familiariser avec les mangas et leurs illustrations pour essayer de faire travailler mon imagination, pour ressentir davantage si cela est possible.  

Dommage que le second tome ne soit pas sorti car je suis très curieuse sur la suite de cette histoire car au final dans un manga 255 pages, ça passe beaucoup trop vite, et j’ai eu l’impression de découvrir à peine les personnages, leurs personnalités, leurs passés et ce silence… 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s