« Scrap métal #1 » par Jana Rouze.

Tout commence par une lettre laissée à la hâte par un mort.

Trois mots inscrits d’une écriture tremblante livrent le nom d’un homme public et une ville.

Pour Sauvage, l’ancien sectateur qui la reçoit, c’est la fin d’une existence pitoyable : celle d’un enfant enlevé à l’âge de cinq ans, vendu à une secte réputée parmi les plus dangereuses. Il va pouvoir retrouver le jumeau dont il a été séparé, combler le vide de son existence, et se venger.

Entre la lettre et sa vengeance, il y a la fille de l’homme qui a été dénoncé.

Hope n’appartient pas à son monde.

Dans ses yeux de sectateur, c’est une Wog, une étrangère du monde extérieur. 

Sectateurs et Wogs ne se mélangent pas, ne se touchent pas. Jamais.

Sauf quand leur malheur est étroitement lié.

Ressenti

« Tu vas devoir trouver un homme aussi fort et courageux que moi pour dépasser ça. Un homme ouragan qui ne te laissera pas à tes souvenirs. Aussi dévastateur que les cyclones qu’on a ici. » 

Les vrombissements des moteurs, l’odeur de gomme sur l’asphalte, les muscles tendus et crispés, je ne vois que le mur en face du monstre que je conduis, que je maitrise. Je suis borderline, et encore d’autres mots tout aussi bizarres, moi ce que je sais, c’est que je vais finir par m’encastrer dans cette cloison, parce qu’on me l’a dit, parce que c’est écrit. 

C’est un bon livre qui évoque une histoire, un univers que j’ai apprécié de découvrir, celui de l’automobile et des sectes. Ici ce joli pavé d’un peu plus de 700 pages laisse aux lecteurs le loisir d’entrevoir et de comprendre le monde de Sauvage. 

C’est ce que j’aime le plus dans ce genre de bouquin, percer la psychologie d’un personnage singulier et unique. Ici, Sauvage, je l’ai trouvé parfait dans ce rôle. Son évolution est bien menée, même si on peut un peu trouver le cliché de celui qui change pour « la » femme. Cependant ses émotions sont effacées et abolies, ce qui laisse aux lecteurs le temps de voir son comportement se modifier. 

 « Nous ne sommes pas innocents. Ni l’un. Ni l’autre. Sa violence est peut-être plus physique et la mienne moins visible, mais elles nous détruisent tous les deux. » 

Ce premier tome nous expose un préface et j’espère avoir les réponses à mes questions dans le second opus concernant cet homme.  

J’ai mis du temps à m’accrocher au personnage de Hope, et même en refermant ce livre je ne sais pas si j’ai vraiment tout compris dans ses actes, ses réflexions. Elle m’intrigue beaucoup. On comprend chapitre après chapitre qu’elle cache elle aussi pas mal de secrets.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s