« Just Win Baby » par Chlore Smys et Juliette Pierce

Pour gagner sa place en tant que footballer professionnel, la deuxième place ne suffit pas.

Pour être premier, Cole est prêt à tout, y compris à financer ses études dans la prestigieuse université de Holy Cross par des moyens illégaux.

Lorsque Lexie, la nouvelle recrue très sexy des cheerleaders, lui vole une partie de sa came, il compte bien la retrouver pour qu’elle rembourse sa dette.

Mais cette dernière est aussi déterminée que lui à réussir. Si l’union fait la force, pourront-ils surmonter leurs différences pour viser ensemble la victoire ?

Ressenti

« Les Storms et les Crows se sont mêlées, les footeux attirés par les pom-pom comme des papillons par la lumière. »

J’ai juste envie de vous dire LISEZ ce livre et c’est tout … Quoi ça ne fonctionne pas comme ça ? Bon ok… « Just win baby » est juste une lecture de dingue avec une histoire innovante, fraîche, palpitante où le lecteur devient témoin d’une déchéance ainsi que d’une ascension sociale… mais pas seulement .

Le couple phare que les auteurs nous présentent sont deux étudiants boursiers : Lexie et Cole. Et mamamia !!!! ils m’ont fait passer par une multitude d’émotions : tristesse, joie et j’en passe. On se retrouve en pleine mêlée entre des footeux et des pom-pom girls déchaînées alliant superbement bien le mensonge et des façades aussi lisses que ambitieuses . Finalement j’ai été immergé dans une fosse aux requins … 

Lexie a accepté une bourse pour se mêler à cette masse où la jeunesse dorée se côtoie et se bat pour enfin atteindre un but : la popularité. Cette jeune femme pétillante va s’enfoncer elle-même dans une spirale infernale entre rivalités et guerre des réseaux sociaux. On ressent son besoin, son envie de se sentir plus libre, et surtout cette soif de se lier à un groupe. Sa solitude qui lui pèse a su me toucher grâce aux mots de Chlore et Juliette. 

« Tu vois, c’est con, là, si je prends ta queue dans ma bouche, tu sauras jamais si j’en avais envie ou si je veux juste ta came… »

Quant à Cole, il est devenu un personnage coup de coeur au fur et à mesure des chapitres … Il fait vivre aux lecteurs ses émotions, ses envies mais aussi ses peurs. J’ai beaucoup aimé son évolution mais aussi cette sensibilité que les auteurs ont mise en avant. Ses mots crus n’ont pas altéré le charme de mauvais garçon qu’il porte, bien au contraire. Il est franc, sincère et cela ne peut que permettre une sorte d’addiction à ce personnage masculin. 

« Il n’existe que deux catégories de meuf : celles que je tolére et celles qui me gonflent. Je baise les premières et j’encule les secondes, au propre ou au figuré, au gré des circonstances. »

Les masques tombent et se défont tout du long de cette lecture. L’histoire est en permanence sur le développement des personnages et de leurs histoires, c’est un réel atout qui permet de garder une dynamique et de ne pas s’ennuyer une seule seconde. On assiste aux chutes des gagnants et pas forcément de la meilleure des façons.  c’est bien simple on va de surprise en surprise. 

Ce quatre mains est juste magnifique, « Just win baby » n’est pas qu’une histoire mais également un message fort sur la société actuelle, sur ses déboires et sur l’engouement des réseaux sociaux et de ses conséquences. 

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. CELINE dit :

    Mon p’tit Cole #coeurpartout Magnifique chronique à la hauteur de cette histoire de dngue ! Tu sais toujours trouver les bons mots ❤

    Aimé par 1 personne

    1. bookhemisphere dit :

      Hannnn mais merci pour tes mots ma bichetAsse 🥺🥺🥺

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s