« Mission échouée » par Anouk Langel

À bientôt trente ans, le danger plane en permanence autour de Caleb. Il sillonne le monde sans attache, avec pour seul objectif : obéir aux ordres. Léonie est pleine d’ambition et vient d’obtenir un poste haut placé à l’Hôtel Kronenhof, en Suisse.

Alors qu’il séjourne dans cet hôtel, la jeune femme attire son attention. Sans s’en rendre compte, Léonie finit par franchir le mur qu’il s’est construit pendant de longues années d’isolement.

Intrigué, tenté, Caleb cède à cette liberté condamnée. Léonie devient sa faiblesse. Il l’a repérée. La partie ne fait que commencer. Il sera son seul espoir et elle, sa dernière mission.

Ce roman contient des passages difficiles et violents pouvant heurter la sensibilité.

Ressenti

Intro – « La peau me tiraille à bien des endroits. Le moindre courant d’air me fait frissonner et rallumer les brûlures qui émanent de mes blessures… Je pense à lui. Son regard, sa chaleur, sa prestance. Cette unique souvenir de lui que j’emporte avec moi dans mon enfer… »- 

Une apparition effrayante, une perspective menaçante. « Mission échouée » fait partie des livres qui peuvent surprendre, qui paralysent. Je ne m’attendais pas du tout en lisant le résumé, que j’allais me confronter à un tel sujet et un tel trouble.  

L’auteur nous met en présence de deux personnages principaux : Léonie et Caleb. Un début d’histoire, une romance entre deux personnes plus ou moins ordinaire… sauf que … et oui l’homme qui convoite cette femme est emplit de mystère mais aussi d’une mission. Son instinct le pousse vers elle apportant avec lui une certaine perte de contrôle et une inquiétude… 

« Il y a quelque chose chez cette fille qui continue de m’attirer. Elle est un aimant et moi un morceau de fer minuscule qui est complétement impuissant. » 

Léonie m’a parue un peu naïve sur le début de ma lecture. Il y a quelques fois où je me suis posée plusieurs questions à propos de sa façon d’être et d’accepter de voir un homme qu’elle ne connaît pas, et surtout les informations qu’il témoigne ouvertement.  

Mais à côté, qui ne peut pas craquer pour cet homme intriguant, canon, galant et entreprenant tout en restant discret ? moi je n’ai pas réussi à lutter bien longtemps.  

La tournure que prend l’histoire m’a tout simplement surprise. Haletante, à angoissée je suis passée par une multitude d’émotions quand le cours du récit à évolué et a pris l’effet d’une bise, froide et sèche qui apporte avec elle du suspense, des passages très difficiles et violents, apportant le lecteur vers une pente sensible.  

« Mon esprit est de plus en plus torturé entre l’amour que j’ai pour ce métier, opposé à l’envie de vivre une vie normale. » 

Ce livre est le premier écrit de l’auteur, et à part lui dire chapeau… Je pense qu’on peut considérer cette lecture comme une dark, et Anouk a admirablement bien manié les codes.  

Quelques petits détails dûs à l’histoire m’ont quelque peu chiffonné, comme le patois suisse où certaines expressions, ou mots, qui auraient pu nous être « traduits » en bas de page et qui je pense apporteraient un petit plus à ma lecture. Plusieurs comportements aussi, surtout du côté de Léonie, m’ont laissée pensive, mais je pense que ça montre toute la force de son personnage et de cette femme.  

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Anouk dit :

    Je te remercie beaucoup pour cette très belle chronique qui me touche et me fait très plaisir 😊

    Aimé par 1 personne

    1. bookhemisphere dit :

      Avec grand plaisir Anouk !!!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s