« Dollars #2 » de Pepper Winters.

Autrefois, j’étais une prisonnière muette et lasse de vivre.
Désormais, je suis retenue contre mon gré sur un yacht.
L’homme qui m’a sauvée et enlevée me réclame ma voix et tous mes secrets.
Je ne céderai pas.
Mais Elder s’obstine.
À force d’insistance et de cajoleries, il découvre peu à peu qui je suis.
Il est riche. Je n’ai rien.
Je suis muette par choix, il est curieux par nature.
Tant de raisons qui font que notre liaison serait vouée à l’échec.
Mais cela n’empêche pas la passion de naître.
Jusqu’à ce qu’une nuit, il gâche tout.
Et que notre relation s’envenime, souillée par le péché.

« Seul sa voix pourrait m’apporter un soulagement temporaire. »

Avec ce deuxième opus de « Dollars » Pepper Winters nous imbibe dans son univers sombre et hasardeux. Cet auteur me chamboule complètement, ses mots me prennent aux tripes et finissent par me renverser . En ouvrant un de ses bouquins attendez-vous à sortir des sentiers battus pour plonger dans un monde infâme, où la nature humaine est honteuse et répugnante. 

Pimlico en a fait les frais et aujourd’hui elle se retrouve avec une dette envers un homme qu’elle ne connaît pas : Elder. Elle est devenue sa possession. Le pouvoir qu’il exerce sur elle dans ce tome va être amplifié de sorte que cette jeune femme qui n’était plus qu’un objet soit de nouveau soumise à une autre autorité.

D’un point de vu émotionnel et moral, j’ai été amenée à reculer plus d’une fois devant la dureté des poids des mots exprimés par l’auteur qui excelle dans cet univers littéraire. 

« Son ombre rodait derrière moi, noire et lourde de secrets inavouables, dans un contraste saisissant face à moi, dans mon jaune si peu seyant et recouvert de bandages. »  

Le personnage masculin est complexe, méprisable et pourtant je m’y suis attachée. Elder a tellement de secret, d’ambiguïté autour de lui que j’ai été poussé à en dévorer les chapitres pour en savoir un peu plus sur cet état psychologique qui le maintient dans cette emprise de non-rédemption.

Quand à Pim, cette femme aux mille fêlures, porte en elle aujourd’hui les déboires de ses années en captivité. Ayant perdus ses repères je l’ai regardée évoluer au rythme des escales et des tempêtes. Captivante 

Je referme une fois de plus un de ces ouvrages de Pepper Winters le cœur lourd face à cette cruauté humaine que l’auteur a su si bien mettre en avant. Je continue volontiers aux côtés de Pim et Elder pour voir de qui prendra l’ascension sur l’autre.

« Pour moi, la musique n’était pas une suite de note, mais un enchainement de coups enrobés dans d’horrible mélodies. »

Publicités

Un commentaire sur “« Dollars #2 » de Pepper Winters.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s